ASSAUT // CARPENTER’S MADNESS #2

Assaut !

Salut à tous, je vais vous parler du film Assaut pour ce second partage. C’est le deuxième film de Big John alias John Carpenter, j’en suis un grand fan comme vous pourrez le voir dans mon article précédent sur Dark Star.

John Carpenter assaut

Assaut (Assault on Precinct 13 en anglais) est un film d’action écrit et réalisé par John Carpenter, sorti en 1976. Inspiré notamment de Rio Bravo pour son scénario. Il est tourné en a peine vingt jours avec un « budget » de 100 000 $ et des acteurs expérimentés mais inconnus du grand public. Lors de sa sortie, Assaut rencontre un accueil critique mitigé et est un échec commercial. Cependant, lors de la première du film au festival du film de Londres en 1977, Assaut a fait l’objet de critiques extatiques, ce qui conduit à un succès critique et populaire en Europe. Par la suite, il a obtenu le statut de film culte et est réévaluée comme étant l’un des meilleurs films d’action de son époque et de la carrière de Carpenter.
assault on precinct 13 / assaut

film assaut de CarpenterL’histoire, elle, bien que classique, nous tient en haleine : Dans le quartier difficile d’Anderson de Los Angeles, le gang Street Thunder vient de dérober un stock d’armes à feu  et quelques membres ont été tués après sommation par la police durant une embuscade dans la nuit. En début d’après-midi, les chefs du gang font un pacte , jurant de s’en prendre à la population et à la police. Au même moment, le lieutenant de police Ethan Bishop est chargé par son supérieur de se rendre au Central 13, commissariat de police situé dans Anderson, qui est sur le point d’être désaffecté et transféré dans un autre district. Les lieux sont occupés par un personnel réduit. Assaut 50La journée s’annonce des plus tranquilles lorsqu’un car transportant des prisonniers, et parmi eux le célèbre Napoléon Wilson, rejoint le commissariat pour soigner un détenu malade. L’officier de police Starker, chargé de convoyer les détenus, lui demande l’hospitalité le temps d’appeler un médecin pour l’un des prisonniers. Bishop accepte et place les criminels dans les cellules vides. La nuit tombée, un homme, Lawson, entre alors affolé au Central 13 : il est poursuivi par le gang dont il a tué un membre pour venger sa petite fille sauvagement assassinée. Le commissariat se retrouve privé de téléphone et d’électricité suite a cela. C’est a ce moment là que la situation dégénère…
assaut sniperASSAUT est avant tout connu pour être le véritable premier film du cinéaste en dehors des frontières de la fac de cinéma où ce dernier a traîné ses guêtres. Si DARK STAR est officiellement le premier long-métrage de Carpenter, ce film est avant tout un exercice plus qu’une véritable œuvre, cette expérience ayant tout d’abord servi à forger le caractère ultra combatif du cinéaste. Le très modeste retentissement de DARK STAR oblige cependant Carpenter à gagner sa vie en tant que scénariste faute de proposition de réalisation. Parmi les producteurs, Joseph Kaufman et J. Stein Kaplan (déjà producteur associé sur DARK STAR) propose au jeune homme la réalisation de deux films à petit budget. Désireux de rendre hommage à son maître Howard Hawks, Carpenter ambitionne quant à lui tourner rien de moins qu’une suite à RIO BRAVO. Se rendant vite compte que l’idée de réaliser un western est financièrement impossible, les forces en présence accouchent d’un compromis : Carpenter transposera son hommage à notre époque par mesure d’économie tandis que les producteurs rassembleront la totalité de l’argent prévu pour les deux films sur cette seule production.

Avec ce film,Carpenter nous énonce très clairement son souhait de cinéma en passant concrètement à la réalisation. En clair, Carpenter ne désire pas jouer une seule seconde la carte du réalisme mais bel et bien la carte de la sublimation. Dans ASSAUT, chaque action s’effectue dans un périmètre spatial et dramatique très précis, chaque réplique du film claque comme un slogan définitif et surtout, chaque personnage incarne une véritable icône.

assaut original

De cette manière, Carpenter brosse avec ce film et le personnage de Napoléon Wilson le véritable portrait robot du héros typique de ses futurs films. Bad guy au passé uniquement suggéré, Wilson est néanmoins capable de défendre une cause qu’il trouve juste. De ce personnage, alter ego fantasmé auto-proclamé par le cinéaste, découlera bien entendu les Jack Crow, Desolation Williams et surtout Snake Plisken qui inspireront les esprits pour les années à venir (pour exemple, voir comment le japonais Hideo Kojima met en scène de manière à peine déguisée le personnage de Snake dans ses œuvres vidéo ludiques révolutionnaires comme la série des METAL GEAR SOLID).

assaut 1976 gang members review
Carpenter s’appuie donc beaucoup sur le western et sur Howard Hawks pour construire non seulement son histoire mais aussi ses situations et ses personnages. L’emprunt à RIO BRAVO est ici plus qu’évident mais il n’empêche pas le cinéaste de piocher dans d’autres films pour compléter son hommage. Cela n’occulte cependant pas une autre grande influence du film à savoir LA NUIT DES MORTS VIVANTS de Romero, film qui guidera Carpenter dans sa représentation du siège. Il est totalement évident que pour un premier film, un auteur en devenir doit recourir à l’inspiration et l’influence d’autres afin de s’aider à mettre en place l’esquisse de ses thèmes, le jeune Carpenter se montre décidé à marquer le coup d’une entrée définitive et fracassante dans le cinéma de genre que ce dernier affectionne.

assaut carpenter

 

Les plus :

-Acteurs très convaincants

-Ambiance Carpenternesque

-Le film vous tiendra en haleine pendant 90mn

Les moins :

-Scénario pas très original

-Histoire manquant parfois de profondeur

7.8/10

Premier vrai film de Carpenter, et donc déclencheur de l’univers d’un cinéaste hors norme, ASSAUT est un indispensable malheureusement pas assez souligné de nos jours. Mais cela n’est encore que le début d’un cinéaste qui nous donnera le meilleur de lui même et qui inventera un genre a par entière lors de son prochain film… A suivre…

A propos de Fat Replicant 5 Articles

Yo les nerd, je m’appelle Yann mais j’utiliserais le pseudo de Fat Replicant, j’ai 18 printemps et j’ai un amour incommensurable pour Star Wars. Fan de SF, de jouets vintage et de jeux retro, on me dit toujours que je ne suis pas probablement issu de la génération actuelle malgré mon jeune âge. A cela j’ai a répondre : « Bah c’était mieux avant :) »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire