Les délices de Tokyo, ce film Japonais qui m’a touché

les delices de tokyo tokue
les delices de tokyo tokue

Les délices de Tokyo, sans spoil…

Touchant, poignant, fort… bref ceux qui me connaissent le savent, je suis un émotif. Et après avoir vu ce film il y a quelques heures je peux déjà dire que c’est un de mes films préférés. Il va être compliqué pour moi de mettre mes idées à plat, mais il va bien falloir y arriver car j’ai vraiment envie de vous partager ce superbe moment cinématographique que j’ai passé.

les delices de tokyo affiche
Affiche Les délices de Tokyo

Tu trouveras partout sur le net des avis, et certainement des bons, mais ici mon partage personnel et non journalistique. Les délices de Tokyo peut être présenté de plusieurs manières, voici la mienne :p

 

C’est l’histoire d’une petite mamie adorable, qui se prénomme Tokue. Elle débarque un jour dans la vie d’un gérant d’un petit établissement tout mimi de dorayakis. Les dorayakis sont des spécialités japonaises que j’espère pouvoir goûter un jour tellement cela a l’air délicieux. Avec l’arrivée de Tokye le « An » (sauce au haricots rouges confits) sera fait maison, transcendera la recette et attirera moult clients. Remplie de vie et amusante, cette petite dame va égayer la vie de Sentaro, ce gérant qui a l’air tellement triste…

Je pourrais dégager plusieurs axes autour desquels j’aimerais partager, mais je vais vous épargner la lecture d’un partage trop long. Sans m’en rendre compte je suis déjà en train d’écrire le 4ème paragraphe ^^

J’aimerais parler ici de joie et de liberté.

Sans spoil vous découvrirez que la joie de Toku est compréhensible, que sa venu dans cette modeste échoppe est pour elle quelque chose de formidablement joyeux. Il ne faut pas mépriser les sentiments des gens. Et son attitude un peu fofolle m’avait même un peu exaspéré par moments, puis j’ai compris… Je me suis senti bête et j’ai été ému par le cœur et la simplicité de cette dame. Il ne faut pas mépriser ce qui est petit, je pense que ce film nous en parle aussi beaucoup.

Les personnages sont vraiment attachants, la fin est poignante

Les décors nippons ont bien évidemment trouvé grâce à mes yeux car ceux-ci sont pittoresques. Les scènes banales de la vie quotidienne sont ici de l’ordre du magique et du fascinant. La préparation des dorayakis a capté toute mon attention, un peu comme certains reportages français sur la bouffe, une sorte d’émission type « Les escapades de Petitrenaud  » mais en version nipponne.

Alors je ne veux pas être offensant mais j’ai trouvé plusieurs plans filmés en tremblant, du coup cela m’a donné une impression d’amateurisme. Pourtant je sais que le réalisateur Naomi Kawase est super balaise :-) Je ne dis pas que cette manière de filmer sur certains plans m’a gêné mais a attiré toute mon attention, et je précise j’avais trouvé cela très joli :-) Cela donnait un côté reportage dans ce joli film aux plans de mangas :-)

à aller voir :)


Tu peux te procurer le livre dont est tiré le film ici :
Les délices de Tokyo
 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire