Final Fantasy VIII – Brice Marchal aka Kalelecigs

Final Fantasy VIII sorti sur PlayStation
Final Fantasy VIII sorti sur PlayStation

Quelques mois après l’événement en Europe lors de la sortie de Final Fantasy 7, arrivait sa suite. Pour beaucoup de joueurs novices aux rpg, il fallait les initier. FF7 a fait le boulot de montrer un jeu où l’on s’acharne moins sur sa manette pour vivre une aventure. Le grand nombre connaissait street fighter 2 mais peu jouaient à monkey island par exemple pour montrer la différence de gameplay ( combat vs point & click). Même marcus dans ses tests de level one disait ne pas trop aimer ce genre de jeu rpg alors que grand fan de day of the  tentacle hein le pitit cochon :)

Bref, en avant pour suivre les aventures encore au tour par tour des collégiens mercenaires et de son anti-heros.

Durée de vie et histoire

Toujours cette envie de développer ses personnages jusqu’au plus haut niveau pour finir le jeu et ses quêtes annexes et secrètes à 100%. L’histoire de ses élèves devenant des militaires à la solde des états est merveilleuse. Sans entrer dans le fond, on veut savoir jusque les gouvernements nous poussent. On fait des missions en suivant ce méchant incarnait par une sorcière qui a envoutait votre meilleur « ennemi » Seifer. Petit à petit vous vous lié d’amitié et d’amour avec Leona (que j’ai surnommé Quinoa lol mdr). D’autres personnages vous rejoindront avec une style vestimentaire et des coiffures super originales et très belles en soi : Quistis la daronne orange, Selphie la délurée jaune, Irvine le cowboy etc. Le héros est étrange, apathique, distant et froid; un jeune rebel qui se bat avec son pote en début d’aventure  (pourquoi ?  Car c’est un ado, comment s’en sortir ? Grâce à l’amour et oui et cette aventure va vous montrer comment se ranger définitivement du bon côté de la force les ptits bout d’choux !).

 Gameplay

Quel changement !  En effet le système de combat est bien simplifié. Plus de materias et de magies à placer. Ici vos invoquations deviennent des personnages à part qui ont leur propre barre de vie lorsqu’on les appellent. On les associe aux personnages et cela ouvre des capacités à lier aux armes et en défense  (en fonction des magies que l’on a volé aux adversaires !). En effet la capacité draw en anglais ou « prendre », permet de voler un nombre de magies aux adversaires (selon l’adversaire ! ). Les combats par conséquent, au lieu d’attaquer, verra vos personnages piquer des tas de magies aux adversaires qu’ils sotckeront.

Graphismes et gamedesign

Fabuleux (pour l’époque). Des paysages variés et divers entre les différentes écoles, les villes et leur stations de train.  De Galbadia à Delling city en passant par Baldem, voici des souvenir qui vous resteront gravés même si vous commencez l’aventure 20ans plus tard (pour dans 30 ans !). Les musiques seront encore une fois votre leitmotiv avec les décors stylés même si pixelisés.

Verdict

16/20 là où ff7 valait un bon 18/20 subjectivement. Un système de gestion un peu énervant et simple en réalité  (on peut laisser se developper les capacités automatiquement). FF8 vous séduira par ses personnages et ses décors. 

Brice Marchal aka Kalelecigs

A propos de Brice Kalelecigs Marchal 2 Articles
votre description ici

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire