Ciné « Vers l’autre rive » de Kiyoshi Kurosawa

Ma critique du film « Vers l’autre rive ».
Ceux qui me connaissent le savent : j’aime les films simples et plutôt d’action. Et s’il y a bien une chose que je déteste au cinéma, c’est de devoir réfléchir ou me prendre la tête. Le ciné est pour moi un loisir qui doit me faire sortir de la vie de tous les jours et pas m’attrister avec des sujets badants ou je ne sais quoi encore. Donc mes films préférés sont en général ceux de super héros ou encore des comédies américaines qui sont quasiment toujours bien faites (je trouve que c’est un filon bien rodé chez eux).

Je ne suis pas un critique de ciné, il n’y a qu’à voir ma première vidéo de partage rapide pour s’en convaincre (si besoin il y avait !).

Trêve de blablas utiles ! Oui utiles car il était pour moi important de m’introduire avant de parler de mon sujet. Après tout, c’est ma première critique écrite sur mon Blog, youpiiiii :) J’en profite pour bien re-re-re-reeeee-expliquer que le présent Blog n’est pas que retrogaming. Mais aussi sur tous sujets connexes à l’univers Geek/Nerd, Retro, présent et futur. Je recrute encore en fait, car un des buts est d’arriver à produire au minimum un article par jour sur le magnifique et présent Blog. ;)

Avant le film… Le cinéma !

Allez, je ne suis plus à cela près, je vais parler du cinéma en lui même avant de parler du film (c’est cool d’être chez soi : on fait ce que l’on veux ^^ou presque évidemment…).

C’est un petit cinéma indépendant nommé le Balzac et se situant quasiment sur les Champs Elysées. Le proprio est un petit papy et le cinéma est en lui même quasiment frequenté que par des papys et mamies, et c’est quoi le probleme ?! Aucun : je dirais même tant mieux car selon moi ce sont des personnes qui sont discrètes et qui se tiennent bien au cinéma, et oui je deteste être importuné devant un film, j’aime bien la tranquilité et mon petiiiiiiit confort. Et force est de constater qu’à chaque fois que j’ai frequenté ce cinéma c’était pépère :) Je recommande vraiment leur petite salle avec des canapés en cuir d’une taille XXL :) Le top ! D’ailleurs j’y ai vu le meilleur film de toute ma vie : I Wish de Hirokazu Koreeda, tiens, un autre film Japonais ! C’était vraiment une expérience merveilleuse. Bref, comme te disais, leur vieux directeur : si tu as un film à voir et qu’il est au Balzac : va le voir au Balzac. Et oui ils acceptent aussi la carte UGC illimité (MK2); ainsi que la carte Le Pass des cinémas Gaumont Pathé (Sont également acceptés les chèques cinéma : Paris-Cinés, TS, Oeuvres Sociales du Cinéma, Espace indépendant).

Le film « Vers l’autre rive » en lui même était bon, je trouve. On est placés dans une sorte de mélodrame japonais qui m’a beaucoup plu car il m’a permis d’avoir encore accès à un petit pan de la culture Nippone (dont quasiment tous les trentenaire comme moi sont fans). A savoir sur leurs interactions sociales, comment il se comportent dans un couple ou avec les autres.

J’ai aussi été intéressé de voir le rapport qu’ils ont à la mort et à la vieillesse. Evidemment je ne te spoilerai rien mais me contenterai de te donner ces bribes d’émotions sur des passages qui ont trouvé un echo en moi.

L’histoire en elle même est celle d’un homme mort noyé en mer depuis 3 années, qui revient voir sa femme pour re-partager son quotidien. Ensemble ils visiteront des personnes qui avaient croisé leurs vies quand ils étaient ensemble.

L’interrogation de « Vers l’autre rive » est pourquoi cet homme est revenu d’entre les morts ? Qu’est-il venu accomplir ? Vous aurez la possibilité de le découvrir à la fin de cette oeuvre cinématographique.

Le film est comme la poignée de films japonais que j’ai vu : lent. Mais cette lenteur n’est pas pesante. Je suis quelqu’un qui m’ennuie facilement et qui aime que les choses aillent vite…  Pourtant à chaque film japonais je suis paisible et ne ressens pas la lenteur, au contraire elle est très agréable et permet de mieux profiter de l’oeuvre elle même. Et « Vers l’autre rive » a eu ce même effet : relaxant et intéressant. Car comme les autres films japonais que j’avais déjà vus sont filmés comme s’il s’agissait de mangas ‘matures’ (des seinen ou plutôt des Seijin si vous voulez). Du coup le rythme, l’histoire ainsi que les différents plans de cameras sont parfaitement acceptés car familiers de la culture manga de tout bon otaku qui se respecte !

Pour plaisanter, avec l’ami avec qui j’ai été le voir, j’ai dit que le même film avec la même histoire, produit par des français aurait duré 30mns. Car au final si tu fais l’accumulation de toutes les scènes tournées de « Vers l’autre rive » à un rythme occidental cela aurait été beaucoup -beaucoup- plus rapide.

Il y a des crises, des joies, des tristesses… Beaucoup d’émotions dans la « pellicule » de ce film :)

Chacun des protagonistes est magnifiquement joué, crédible en tous points, les rôles secondaires pareillement. Il va de soi que la morale est en parfaite inadéquation avec mes convictions religieuses, mais j’ai trouvé cette oeuvre très jolie, même si elle est du 100% fictif à mes yeux.

Je pense t’avoir donné tous les éléments qui te permettront de décider si tu dois le voir ou pas, si tu as le moindre doute : fonce le voir s’il te plait ! au Balzac !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire